Back
SEMI-PLENARY SESSIONS
Other topics

Je, tu, nous. Distance physique, distanciation sociale, distance impossible ? (Projection de film et disucssion)

From
June 30, 2021 13:15
to
June 30, 2021 14:45
Replay
Organizers

Morena La Barba, Université de Genève, Département de sociologie, en collaboration avec les étudiant.es du cours de Création visuelle pour les sciences sociales de l’Université de Genève.

Speakers

Nous proposons la projection d’un film composé de court-métrages réalisés au printemps 2020 dans le cadre d’un cours de création visuelle pour les sciences sociales à l’Université de Genève.

Avant le confinement, les projets de recherche filmiques discutés en cours abordaient, pour la plupart, différentes formes d’injustice, allant à la rencontre de sujets sensibles sur des terrains difficiles. Avec le confinement, l’impossibilité de les mener était devenue une évidence. Dès lors, il a fallu imaginer, construire, expérimenter des dispositifs de recherche essayant de surmonter les limitations dues à la crise sanitaire.

Le contexte actuel obligea donc à redéfinir les projets et amena les étudiants à questionner le concept de « distance sociale » comme mesure sanitaire. La limitation de la liberté de circuler, l’impossibilité d’aller à la rencontre des autres, la distance des corps : la crise provoquait un changement de style de vie et les nouveaux projets filmiques amenaient à changer le regard sur soi, sur les autres, sur la distance imposée et une proximité pourtant indispensable.

Avant le confinement, les projets prévoyaient de partir à la rencontre de personnes extérieur.es qui auraient dû devenir les acteur.trices centraux des recherches. Mais avec ces changements, ce sont les chercheur.euses eux.elles-mêmes (et leurs proches) qui devenaient des informateur.trices privilégié.es, témoins et acteur.trices d’un fait historique; non seulement d’une crise sanitaire mais aussi d’un changement social en cours.

Comment maitriser le fait de devenir le sujet et l’objet de sa recherche, d’exposer et mettre en scène sa subjectivité en relation à celle des proches? Quelle posture de chercheur.euse adopter, construire ?

Les problématiques de la subjectivité dans la recherche, de l’engagement et de l’apport euristique de l’implication du.de la chercheur.euse avaient été abordées lors de la discussion des projets en classe. Cependant, le contexte lié à la pandémie a fait naitre de nouveaux questionnements. Des mesures de distanciation furent imposées, restreignant la liberté de circuler, de rencontrer les autres, de les connaître et reconnaître par la proximité des corps. De ce fait, l’écoute des divers récits et l’observation des contextes d’actions et d’interactions ont dévoilé une impossibilité à se distancier de soi-même et ont poussé vers une approche particulièrement réflexive et (inter)subjective. Une approche, d’ailleurs, au cœur de la démarche sociologique filmique proposée par le cours (Harding 1986). Le processus filmique passait nécessairement par la mise en scène du « je », mais aussi du « tu ». La crise révélait la nécessité du « nous », la nécessité d’une relation intersubjective dans la construction de la posture de chercheur.euse, aussi bien qu’elle révélait la nécessité de proximité sociale dans un contexte de distanciations physiques obligatoires. Peut-être que la « juste distance » (Elias 1993; Fassin 1998), à adopter dans une recherche se situe entre la distance physique imposée et une impossible distance sociale ?

Les films relatent de ces questionnements. Ils seront discutés avec les étudiant.es réalisateurs et réalisatrices.

Keywords: Sociologie visuelle, distance sociale, réflexivité, Covid-19 Cliquez ou appuyez ici pour entrer du texte.

Titres des court-métrages

  • Retrouvailles de Yvan Wildhaber
  • Solitudes collectives de Charlotte Baeriswyl
  • Stayhome stayconnected de Jennifer Barel et Daniela De Blasi
  • Soi-même comme un autre de Anja Lukic